fbpx

La retraite des indépendants, comment ça marche ?

La retraite, ce sujet complexe, qui paraît si loin. Sujet dont nous n’avons pas envie de nous occuper et que l’on remet toujours au lendemain (ou à l’année prochaine). Lorsqu’en plus on a été salarié, indépendant, que l’on s’est reconverti, formé, arrêté quelques mois ou quelques années, s’y retrouver dans les calculs et les droits devient mission impossible !

Nous avons demandé à nos partenaires experts et “passionnés” du sujet (Caravel) de nous apporter un éclairage sur cette thématique-clé, que l’on n’aborde pas assez.

1. Le fonctionnement de la retraite en France

Tout d’abord, revenons sur le fonctionnement de la retraite en France afin de mieux comprendre les spécificités de la retraite des indépendants par la suite.

a. Panorama global (âge, calcul,…)

Si l’on résume le système de la retraite en France, on peut la définir en 3 niveaux :

  • Les régimes de base : légalement obligatoires et dont les règles sont fixées par les pouvoirs publics,
  • Les régimes complémentaires : obligatoires, mais gérés par les partenaires sociaux,
  • Les régimes complémentaires volontaires d’épargne retraite (collective ou individuelle).

À savoir que les deux premiers régimes sont obligatoires et le dernier est facultatif. Si vous souhaitez avoir plus de détails sur ces 3 régimes, vous pouvez consulter l’article qui résume le système de retraite en 3 points-clés.

Il faut également savoir qu’il existe deux types de cotisations pour la retraite, complémentaires l’un à l’autre, mais bien distincts :

  • La retraite par répartition : les cotisations des travailleurs actifs actuels financent les pensions des retraités (ce système est géré par l’Etat),
  • La retraite par capitalisation : les travailleurs actifs cotisent pour leur propre retraite (gérée de manière individuelle).

En ce qui concerne le calcul de la retraite d’Etat, il varie selon votre parcours, votre catégorie socio-professionnelle, le secteur d’activité, et d’autres facteurs de qualification de votre période de vie active.
Les éléments généraux pris en compte dans le calcul sont :

  • L’âge au moment du départ à la retraite
  • Le nombre d’années cotisées
  • Les revenus

L’âge légal actuel de la retraite est 62 ans. Le nouveau gouvernement souhaite le reporter à 65 ans (réforme des retraites à venir). Les principales causes de cette réforme sont les problèmes de financement du régime actuel et un manque d’adaptation du système aux nouveaux enjeux du travail. Ce problème d’adaptation étant principalement dû au fait que l’on tend vers un système où les carrières ne seront plus linéaires, où l’espérance de vie augmente et où le nombre d’actifs par rapport aux retraités diminue.

b. Les spécificités pour les indépendants

Il faut bien distinguer parmi les indépendants ceux qui ont le statut TNS (travailleur non salarié) en EURL, EIRL, micro-entreprise de ceux qui sont assimilés salariés (SASU), dont le statut se rapproche du salarié.

Les indépendants, n’ayant pas le statut de salariés, cotisent dans des organismes spécialisés. En effet, selon votre activité, vous êtes affiliés soit à la sécurité sociale des indépendants (SSI, intégré au régime général), soit à la caisse interprofessionnelle des professions libérales (Cipav).

Avant 2018, l’organisme de cotisation des indépendants était le RSI (Régime Social des Indépendants). Il a été remplacé par la SSI qui fait partie du régime général de cotisation. Donc, la grande majorité des indépendants cotisent au régime général, sauf quelques exceptions qui cotisent à la Cipav.

Le calcul de la retraite pour les indépendants se base sur le chiffre d’affaires réalisé par trimestre. Selon des seuils de chiffre d’affaires, vous validez vos trimestres, sachant qu’il n’est pas possible de cumuler plus de 4 trimestres par an. Voici un récapitulatif des montants minimums pour valider vos trimestres (pour les Travailleurs Non Salariés et assimilés salariés) :

2022
1 trimestre 1 585,50 €
2 trimestres 3 171 €
3 trimestres 4 756,50 €
4 trimestres 6 342 €

Pour les auto-entrepreneurs, consultez la retraite en auto-entreprise.

Enfin, il existe un plafond. Le montant des indemnités que vous pourrez percevoir avec le régime général de retraite sera au maximum de 1714 €/mois. Vous avez donc tout intérêt à épargner de votre côté pour une viabilité financière à long terme.

2. Pourquoi dit-on que les indépendants sont moins protégés ?

Du fait de leur statut, les indépendants ont moins d’avantages et de protection que les travailleurs salariés. Comment expliquer les chiffres ? Nous allons vous expliquer pourquoi on dit que les indépendants sont moins protégés pour leur retraite.

a. Le constat

Le premier constat frappant pour les indépendants est la perte de revenu au moment du départ à la retraite, qui est de 60 %, d’après le COR (Conseil d’Orientation des Retraites). De plus, le montant moyen d’une retraite en 2021 s’élève à 1 393 €, et ce chiffre est encore plus faible pour les travailleurs indépendants. Mais pourquoi observe-t-on ces différences ?

b. Les explications

Cet écart entre salariés et indépendants s’exprime par plusieurs raisons qui rendent la gestion de la retraite plus complexe pour les travailleurs non salariés.

Premièrement, il existe une distinction entre ces deux statuts au niveau du mode de cotisation. Les cotisations des salariés sont partagées entre l’entreprise et le salarié, tandis que celles des indépendants sont à leur propre charge.

On peut aussi souligner l’absence de PERCO ou autre dispositif de retraite collective mis en place par un employeur pour ses salariés.

Enfin, un indépendant n’a pas la sécurité du salaire fixe d’un salarié. Son revenu fluctue en fonction de son chiffre d’affaires et de son activité. Cette incertitude financière peut engendrer une baisse des revenus lors du départ à la retraite, dû à un nombre de trimestres insuffisant.

3. Les limites et les solutions

Il existe des solutions pour pallier la baisse de revenu lors de votre départ à la retraite en tant qu’indépendant. En effet, parmi les dispositifs supplémentaires d’épargne retraite, le Plan Épargne Retraite vous permet d’épargner tout au long de votre vie active dans le but de récupérer cette épargne et les intérêts liés au moment de votre départ à la retraite. Ce PER, qui fonctionne sur la base de la capitalisation, vous permet d’assurer votre futur et dispose, en plus, d’avantages non négligeables pour votre vie active.

a. Le PER et ses avantages notamment pour les indépendants

Le PER est une solution pour s’assurer une retraite viable. Il permet aussi de réaliser des économies, notamment au niveau fiscal.

Le montant versé dans votre PER est déductible de vos revenus imposables ! Cette déduction peut s’appliquer de deux façons différentes :

  • Déduction de vos versements sur vos revenus imposables.
  • Déduction au moment du déblocage de votre épargne retraite.

Les deux solutions sont avantageuses, le choix de l’une ou l’autre varie en fonction de votre niveau d’imposition.

Pour connaître les changements et cases à cocher au niveau de votre déclaration d’impôts, vous pouvez consulter l’article qui indique comment remplir sa déclaration avec un PER.

b. Le partenariat mis en place entre Caravel et Formation Wenet

Si vous envisagez d’ouvrir un PER sachez que nous avons mis en place un partenariat avec Caravel et que pour toute ouverture d’un PER vous recevez une prime de 35 €. Rendez-vous sur https://www.getcaravel.fr/

A retenir de cet article :

  • Les indépendants cotisent pour leur retraite, comme les salariés, mais il existe des spécificités, des minimums et des plafonds à avoir en tête pour éviter les mauvaises surprises.
  • Un indépendant doit s’occuper de sa retraite seul, mais il existe des dispositifs supplémentaires adaptés afin de s’assurer une bonne retraite.
  • Le PER est un produit dédié à la retraite qui permet de compenser une perte de revenus future et de bénéficier d’avantages fiscaux intéressants dès aujourd’hui.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.